ENVIRONNEMENT    CONSOMMATION ET CO2

Consommation et CO2

Les nuisances et les normes

La révolution aérodynamique

L'écotaxe poids lourds

Une circulation réglementée

La pollution sonore

La conception

La construction

L'écoconduite

L'entretien

Le recyclage


Une réduction de tous les polluants

A partir du 1er octobre 2013, toute entreprise de transport, de marchandises ou de voyageurs, devra informer ses clients de la quantité de CO2 émise pour chaque prestation. Et cela, suivant la méthodologie de calcul basée sur la norme NF EN 16 258. Pour les transports de personnes, l'information devra être fournie avant le trajet, ou pendant le trajet s'il s'agit d'un abonnement. Et pour le TRM, elle devra figurer sur la facture ou être communiquée au client au plus tard deux mois après la prestation. Cette information obligatoire est censée aider particuliers et entreprises à faire les meilleurs choix pour réduire leur empreinte carbone.

La part de la route dans les émissions de CO2 a pourtant diminué, relativement à la circulation. Alors que le trafic global sur le territoire français a augmenté de 34 % depuis 1990, les émissions de CO2 n’ont cru que de 7 %, a calculé le Comité des Constructeurs Français d’Automobiles (CCFA). Dans le même temps, la quantité de CO2 nécessaire pour le transport par la route d’une tonne de marchandises sur un kilomètre a baissé de 24 % !

Enfin, même si entre 2003 et 2009, le taux d'incorporation de carburants d'origine végétale dans le gazole a été multiplié par sept, passant de 0,9 à 6,3%, c’est la réduction de la consommation qui est devenue, plus que ces agro-carburants, le moyen le plus efficace pour continuer à diminuer les émissions de CO2 des poids-lourds

Suivant les normes édictées par la Commission européenne, entre 1988 et 2009, les véhicules industriels ont divisé par huit leurs émissions de NOx et de CO, par vingt celles de particules et par presque six celles d'hydrocarbures. Dans le même temps, la consommation moyenne d’un camion de 40 tonnes a été divisée par deux alors que sa puissance moyenne augmentait de 50%.

Au final, avec l’Union Routière Française (URF), on peut estimer que, en 20 ans les camions sont passés au vert en éliminant globalement 80 % de leurs émissions polluantes !

Si les constructeurs de VI sont à l’origine de l'essentiel du progrès, le secteur du TRM contribue également à l'effort. En décembre 2008, le Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement et l’ADEME d'une part, les organisations professionnelles du transport routier de marchandises d'autre part, ont élaboré la « Charte d’engagements volontaires de réduction des émissions de CO2 ». Elle engage les entreprises adhérentes à établir un diagnostic et un plan d'action en trois ans avec des objectifs chiffrés de réduction des émissions.

Le transport routier de marchandises représente aujourd'hui 8% des rejets globaux de C02 en France, soit exactement un quart des 32 % émis par la circulation routière prise dans son ensemble.

 



www.developpement-durable.gouv.fr

 


Droits de reproduction et de diffusion réservés

 

dids - des idées et de sites - l'agence web en communication et nouveaux médias