ECONOMIE

La filière camion en France

Les acteurs

Le rôle économique

Les infrastructures


Le Véhicule Industriel joue un rôle essentiel en France. En effet, près de 87 % du transport de marchandises s’effectue par la route. Le camion demeure le moyen le plus rapide, le plus souple et le plus fiable, mais également le moins cher, aussi bien pour les entreprises que pour les finances publiques. Il représente enfin l’unique mode de transport capable de délivrer des biens de porte à porte.

La filière du camion en France emploie plus de 800 000 personnes. En 2009, selon l'INSEE, la contribution de la valeur ajoutée du transport routier de marchandises et de ses activités connexes équivaut à 2,5 % du PIB français (2,6% en 1999). D'après la Fédération Nationale des transporteurs Routiers (FNTR), le transport par la route représente 2,1% de la valeur des marchandises convoyées.

Au cœur de l’économie et de la vie sociale, le camion est au service d’une société qui progresse d’abord parce qu’elle est une société mobile. Les transports ne sont, en somme, que la résultante d’une organisation du territoire qui tient compte de la géographie, de la démographie et de l'économie du pays. Ils ont pour finalité de rendre service à l’agriculture, à l’industrie et au commerce, à la collectivité dans son ensemble et, in fine, à chacun des individus qui la composent.

Depuis 1986, le transport terrestre a augmenté de 46 %, soit au même rythme que le PIB. Mais, les poids lourds, français et étrangers, qui acheminent 99 % des biens de consommations nécessaires à notre vie quotidienne, représentent pourtant moins de 7 % de la circulation routière dans l'hexagone en 2010 . Quant au chiffre d’affaires annuel du TRM, il atteint 61 milliards d’euros et rapporte à l’Etat plus de 8 milliards de taxes. Il est vrai que la part de marché de la route dans le transport des marchandises, biens de consommation, mais aussi matières premières et produits semi-finis, est de 87 %. Loin devant le rail (11 %) et le fluvial (2 %). Depuis 20 ans, sa part ne cesse de progresser, essentiellement au détriment du ferroviaire.

Enfin, la route n'a coûté à l'Etat en 2009 que 3,1 milliards d'euros en dépenses et investissements, soit un cinquième du budget transport de l'Etat. A titre de comparaison, 8,2 milliards sont consacrés au rail qui absorbe plus de la moitié de ce budget transport.


Droits de reproduction et de diffusion réservés