BUS & CARS    TECHNIQUE ET REGLEMENTATION

Le marché français et l'industrie

Technique et réglementation

Réseaux et trafic

Sécurité et environnement


Deux espèces bien différentes

Il y a autant de points communs entre l’autobus urbain et l'autocar d'excursion qu'entre une péniche et un cargo. De l'architecture à la mécanique en passant par l'aménagement intérieur, ces deux véhicules diffèrent radicalement. Et pourtant, ils répondent à des normes communes. De même que pour les VI, le PTAC (poids total autorisé en charge) et la longueur sont corrélés au nombre d'essieux. Qu'il s'agisse d'un autocar de tourisme ou d'un bus urbain, les véhicules à deux essieux ne peuvent dépasser 19 tonnes et 13,50 m, ceux à trois essieux 26 tonnes et 15 m. Les bus articulés peuvent atteindre 32 tonnes pour 18,70 m et ceux à double articulation 38 tonnes et 24,50 m. Pour tous, la largeur ne doit pas dépasser 2,55 m. Par contre, la hauteur n'est pas limitée, même si elle excède rarement 4 m pour permettre le passage dans les tunnels et sous les ouvrages d'art.

Ce sont leur affectation, leur capacité en passagers, les voieries qu'ils peuvent ou non emprunter et leur aménagement intérieur qui les distinguent au regard de la réglementation technique. Entre les deux archétypes que sont le bus urbain interdit de voie rapide et l'autocar de tourisme de plus en plus banni des cœurs de villes, on trouve de nombreux types différents de véhicules répondant chacun à une réglementation précise et contraignante. La diversité est grande entre l’imposant autocar de grand tourisme, aménagé façon carré VIP pour 20 passagers au maximum, le minibus électrique du centre urbain historique, les véhicules utilitaires lourds (VUL) aménagés en navette et les autobus à impériale. L'hybride de bus et de car le plus courant et polyvalent reste le car de ramassage scolaire, un genre également affecté aux liaisons intra régionales, aux transports de personnels ou de forces de l'ordre. On recense en France environ 22 000 bus et 65 000 autocars de tous genres.

Transport de bagages oblige, un autocar de tourisme transporte ses passagers en hauteur et assis dans un habitacle qui privilégie le confort, l'insonorisation et la visibilité. Toilettes, réfrigérateur, systèmes vidéo, racks de rangement, climatisation à réglage individuel, pare soleil, spots de lecture, tablette rabattable, sièges réglables, sont devenus les équipements incontournables d'un autocar de ligne. Certains modèles dédiés au grand tourisme peuvent même aller plus loin dans le confort et le raffinement : sièges couchettes, salle d'eau, kitchenette, équipements vidéo individuels, etc.

Ces somptueux engins offrent le confort d’une suspension pneumatique et un silence de fonctionnement dignes d'une luxueuse limousine. Ils en ont d'ailleurs la noblesse mécanique : leurs diesels 6 cylindres en ligne, de 8 à 12 litres de cylindrée développent de 400 à 500 chevaux et sont accouplés à des boîtes, soit manuelles offrant jusqu'à sept vitesses, soit automatiques, avec jusqu’à douze rapports. Quant à leur soute sous plancher d’un volume de 10 à 12 m3, elle offre à chacun des 50 à 60 passagers embarqués, l’équivalent de 200 litres, soit la valeur d’un coffre de petite berline. Une capacité de chargement parfois complétée par une remorque !

Un bus urbain répond à de toutes autres contraintes. Son aménagement intérieur est conçu pour faciliter la circulation des passagers qui voyagent le plus souvent debout. Les systèmes de paiement ou de validation des titres de transport sont intégrés au véhicule dès sa conception. Le châssis est étudié pour favoriser la maniabilité avec un rayon de braquage court permis par un empattement réduit au minimum. Enfin, pour permettre l'accès des personnes à mobilité réduite, son plancher doit être le plus bas possible, voire s'abaisser à l'arrêt grâce à des suspensions à hauteur variable.

De même, la mécanique d'un bus urbain est optimisée pour les arrêts et redémarrages répétés, ce qui, notamment rend très pertinent l'hybridation des moteurs. Leurs diesels sont moins puissants que ceux des autocars de tourisme, en moyenne 250 chevaux pour un 12 mètres et au plus 350 ch. pour les modèles à simple articulation. Mais les boîtes de vitesses sont bien plus sophistiquées, presque toujours automatisées, pour favoriser la fluidité des accélérations et éviter les à-coups aux passagers. C’est ainsi que d’ici à 2025, la RATP a décidé de convertir l’ensemble de sa flotte de 4 500 véhicules à l’électrique. Dès l’année prochaine 250 bus hybrides fournis par Heuliez Bus, du groupe italien Iveco et 200 par Evobus, du constructeur allemand Mercedes, seront mis en service dans les rues de la capitale, sur un total de plus d’un millier d’unités qui doivent être livrées entre 2015 et 2019.

Les autobus et autocars doivent répondre à des normes d'aménagement d'une extrême précision. De la taille et de l'emplacement des issues de secours à la hauteur des marches et la largeur des allées en passant par l'emplacement de la batterie ou des extincteurs, l'amplitude d'ouverture des portes ou la disposition des barres de maintien, leur conception est très étroitement codifiée. Ces textes diffèrent en fonction du gabarit et de l’usage, transports urbains, interurbains ou ramassage scolaire. Ingénieurs et designers font preuve d'une belle ingéniosité pour faire évoluer le design et l'équipement de ces véhicules sans sortir du cadre réglementaire très strict qui leur est imposé.

Curieusement, le nombre de passagers n'est pas limité dans l'absolu par la règlementation, mais en fonction de calculs très complexes prenant en compte la surface du véhicule et son aménagement. Ainsi, un bus articulé peut accepter plus de 200 passagers, la plupart debout, un minibus sur base de VUL en charger 30 dans 7 m de long et un autocar de tourisme accueillir jusqu'à 93 personnes, toutes assises. Ce dernier chiffre résulte d'une limite technique imposée par les textes réglementaires de conception, faisant notamment intervenir la surface intérieure du véhicule, l'espacement minimum entre les dossiers (65 cm), la largeur et la disposition des ouvrants, la répartition des masses. Chaque type d’autobus et d’autocar affiche ainsi dans son habitacle le nombre maximum de passagers qui lui est propre.


Sur le secteur du TRV :
www.fntv.fr

Sur les constructeurs :
www.dietrichcarebus.fr
www.evobus.fr
www.heuliezbus.fr
www.iveco.com
www.mantruckandbus.fr
www.neoplan-bus.com
www.otokar.com
www.scania.fr/buses-coaches
www.setra-autocars.fr
www.vanhool.be
www.vdlbuscoach.com
www.volvobuses.com

Sur la réglementation technique:
www.legifrance.gouv.fr

 

Droits de reproduction et de diffusion réservés